La ville de Vaulx-en-Velin s’enfonce dans l’insécurité et l’anarchie sous l’œil bienveillant des autorités.

Vendredi 5 novembre 2021

Notre communiqué de presse de ce jour.

"Des trafics de drogue et points de deal banalisés et tolérés, des rodéos et incivilités routières régulières et non réprimées, des attaques récurrentes contre les transports en commun, ce n’était rien ! Dimanche dernier, l’insécurité vaudaise a atteint son paroxysme avec la tentative d’incendie d’un bus chargé de passagers dans le quartier du Mas du Taureau.

Au-delà de l’acte d’incendie volontaire et de la mise en danger des usagers, ce dernier fait est révélateur de la déliquescence des pouvoirs publics dans notre ville.

Le pouvoir de police tout d’abord, qui n’est pas à la hauteur des enjeux de la ville, par manque de moyens (annoncés à grand renfort de communication et de publicité, ils restent absents), par manque de motivation et surtout par manque de volonté hiérarchique et politique.

Le pouvoir de justice ensuite, qui n’ose pas qualifier les faits tels qu’ils sont par complaisance et faiblesse ; une vraie mise en danger des usagers voire une tentative d’homicide est devenue une simple tentative de destruction de bien public. Autant dire rien ou presque.

Le pouvoir politique enfin, qui au lieu de réagir et de traiter les problèmes, continue à faire la politique de l’autruche. Notre maire, une fois de plus, nie ou reporte le problème sur les autres (Police Nationale, Bailleurs…). Elle embauche des policiers municipaux qui ne font que pédagogie et éducation. La tranquillité publique ne peut se limiter à cela. Cette bienveillance est improductive si elle ne s’accompagne pas de fermeté et la maire récolte aujourd’hui les conséquences de sa politique laxiste.

Face à l’incurie des pouvoirs officiels, le risque latent de rébellion des citoyens tentés de faire justice eux-mêmes est devenu réalité dimanche lorsque de simples citoyens ont été tout près d’un véritable lynchage de l’auteur des faits. C’est l’absence des autorités qui a créé cela. Le risque pour certains vaudais de se faire désormais justice eux-mêmes, est réel. Nos élus, notre police, notre justice, l’ensemble des pouvoirs publics doivent faire respecter la loi de la République, chaque jour plus bafouée, et que les Vaudais puissent juste profiter sereinement à nouveau des lieux publics. Ce n’est plus une nécessité mais une urgence, et une responsabilité de tous les pouvoirs publics, y compris les municipalités."

Christine BERTIN.

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Archives municipales 2014

Lien Facebook