Les jeudis de l'APVV....aujourd'hui "L'échec du recyclage des déchets sur la Métropole"

Jeudi 18 mars 2021.

Nous inaugurons en ce jeudi une nouvelle rubrique sur notre site : "L'Edito du Jeudi". Nous traiterons ainsi chaque jeudi un sujet d'actualité vaudaise ou métropolitaine qui intéresse notre vie à tous, nous vaudais.

En ce 18 mars 2021, Journée Mondiale du Recyclage, crée en 1994 (27 ans déjà!), intéressons-nous quelque peu au recyclage des déchets sur notre ville. Mais qui dit recyclage, dit tout d'abord tri des déchets par les individus que nous sommes.

Mis en place il y a une vingtaine d'années, ce tri des déchets n'a quasiment pas évolué. Il part du principe que les ménages ne savent ou ne peuvent que trier quatre choses:

* le verre: un tri plutôt bien fait et très ancien sous le couvert d'une bonne action car "trier le verre c'est aider la recherche contre le cancer" puisque la métropole reverse 2 euros pour chaque tonne de verre récupérée. Il oblige chacun à emporter cette verre dans des bornes situées sur la voie publique. Et cela marche bien.

* les déchets dangereux: un tri plus difficile qui regroupe les piles, batteries, lampes, produits inflammables, ... mais qui oblige à tout emporter en déchetteries même si celles-ci sont quelquefois un peu frein à cette récupération. Sur ce type de déchets, beaucoup reste à faire.

* les déchets d'emballage (valorisables) à savoir le carton, le plastique, le papier, le métal qui sont à déposer dans la fameuse poubelle jaune : un tri apparemment simple mais finalement plus compliqué encore car chacun ne sait jamais trop que faire avec son pot de yaourt ou sa barquette de viande.... Une tentative de simplification a été tenté il y a plus d'un an avec l'élargissement des consignes de tri permettant ainsi de mettre plus de choses dans cette poubelle, mais cela n'avance pas. Les refus de tri restent nombreux et il est très fréquent de voir des camions de déchets d'emballage partir en incinération car trop souillés par des déchets.

* les déchets ménagers mélangés autres (alimentaires, plastiques non emballages, produits d'hygiène,...) qui sont mis dans la poubelle grise historique.

Tout cela la Métropole le résume dans le visuel suivant:

Après 20 ans quel est bilan? Médiocre sans nul doute. Les raisons sont multiples:

* C'est tout d'abord culturel: le tri des déchets ce n'est pas noble, cela ne fait pas envie. On met tout dans une poubelle et hop, on s'en débarrasse. Cela fait que ni les citoyens, ni leurs élus ne s'y intéressent vraiment.

* Ensuite par facilité, il est simple de mettre tout dans une poubelle, voire dans deux, plutôt que trier. Et demander à ses électeurs de trier les déchets, ce n'est pas très vendeur pour les élus et responsables qui ont plus tendance à s'intéresser à ce que cela coûte, qu'à ce qu'est le tri et comment on peut mieux faire.... A voir la polémique actuelle sur la taxe des ordures ménagères! On ne parle que d'argent, pas de l'objet de cette taxe. Comme si lorsqu'on achète une voiture, on ne regardait que le prix.

* Et il y a l'organisation de l'économie du recyclage. Quelques grosses sociétés proposent des solutions clés en main, toutes les mêmes à savoir des centres de tri ou des incinérateurs. Et au-delà point de salut!

Pour ces raisons et bien d'autres, le tri des déchets ne s'améliore pas et le recyclage ensuite, pas non plus.

Pourtant les solutions existent.

Sur le sites lesjourneesmondiales.fr des solutions sont proposées selon le mode de vie "Zéro Déchets" des 4R :

"Réduire  sa consommation en se posant la question « Ai-je vraiment besoin de ce produit ? ».

Réutiliser ou réparer lorsqu’un objet ne fonctionne plus, nous pouvons tenter de le réparer ou l’amener dans une recyclerie pour le rendre à nouveau opérationnel. Puis, certains produits sont jetés alors qu’ils pourraient être vendus ou donnés.

Recycler doit devenir un réflexe que ce soit grâce au tri, mais aussi grâce au compostage ; d’autant plus que nos poubelles contiennent environ 30 % de matières compostables

Revendiquer ou refuser en s’informant via des sites ou groupes sur des réseaux sociaux spécialisés autour du recyclage ou du zéro déchet. Il est aussi possible d’informer les entreprises que nous pouvons nous passer de certains emballages, comme faire ses courses avec ses propres sacs et boîtes/tupperware."

La Métropole de Lyon doit agir sur l'amélioration du tri et du recyclage. S'inspirer des idées ci-dessus mais aussi avancer pour changer les choses car des solutions existent et nous en proposons : 

* Il faut trier à la source, lorsqu'on a le déchet dans sa main pour la première fois. Il faut alors séparer les plastiques, du papier - carton, du métal, des déchets fermentescibles, du verre, des déchets dangereux et du reste devant être brulé. Cela fait 5 catégories à enlever par la Métropole en porte à porte du lundi au vendredi et deux catégories (verre et dangereux) à emporter personnellement en extérieur. C'est une démarche de fond que la Métropole doit porter. D'autant que l'écologie est son credo. Les choses doivent donc évoluer car le surplace du non-tri n'a que trop duré.

* Il faut développer des solutions de proximité simples pour les déchets alimentaires en encourageant la mise en place de composteurs et l'élevage de poules. Les poubelles grises (sans emballage) contiennent 60 % de déchets alimentaires. Une vraie source de progrès pour faire que la poubelle grise soit finalement presque totalement vide.

* Il faut former et informer les citoyens trieurs potentiels. Dans ce domaine tout reste à faire ou presque. Il faut viser les écoles, les collèges, les lycées, les copropriétés, les associations de locataires et propriétaires et expliquer et trouver des solutions aux problématiques de chacun.

3 axes sur lesquels presque rien a encore été fait.

Un vrai échec de la Métropole sur ce dossier sur les 30 dernières années.

Un beau projet au service de l'environnement pour le futur.

Christine BERTIN.

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes en intégralité.

Samedi 13 février 2021.

A lire en pièce jointe ce fameux rapport de la Chambre Régionale des Comptes qui a fait beaucoup parlé lors du dernier conseil municipal de jeudi.

Très instructif pour comprendre les dérives, dénis, et erreurs de Mme GEOFFROY et son équipe.

Christine BERTIN.

Le Centre Commercial Carré de Soie peut finalement rester ouvert un peu grâce à nous.

Jeudi 4 février 2021.

Finalement le Centre Commercial Carré de Soie peut rester ouvert.

Mardi j'écrivais au Ministre de l'Economie, Bruno LEMAIRE pour le sensibiliser sur le caractère spécifique du Carré de Soie.

Transmis à son cabinet par mail, je me dis que ce modeste courrier a peut-être permis au Ministre puis au Préfet de prendre conscience des choses et de la réalité du terrain.

En tous cas, merci à eux pour que vive nos commerces.

Christine BERTIN

Nous serons bientôt la seule ville sans centre de vaccination!

Dimanche 24 janvier 2021.

Demain ouvriront des centres de vaccination contre la Covid 19 sur 4 communes de l'Est lyonnais : Bron, Rillieux, Genas et Saint Priest.

Malheureusement, en dépit de notre demande d'il y a 10 jours (lire ICI), notre ville, 4° ville de la Métropole en nombre d'habitants, n'a toujours pas de lieu de vaccination. Notre requête reste donc très largement d'actualité et Mme Geoffroy ne fait rien pour l'obtenir.

Et notre étonnement se transforme en stupéfaction quand notre Maire soutenue par La République En Marche, ancienne Secrétaire d’Etat de François Hollande avec Emmanuel Macron n'a toujours pas réussi à obtenir un centre de vaccination ? A quoi cela sert-il alors de cumuler tout ces postes, pour ne pas aider les vaudais. A part se servir sans servir.

Mme Geoffroy fit voter en conseil municipal le 11 juin dernier la cantine gratuite sous le prétexte de la Covid, en théorie afin d'aider les familles en détresse. Mais rattrapée par les faits elle reconnaissait par mail du 31 décembre 2020 que ce soutien s'arrêtait alors que la maladie poursuit sa propagation. Simple opération de propagande électorale au bénéfice de la seule maire.

Drôle de façon donc de prendre en compte la maladie. Se servir avant de servir telle semble donc être la devise actuelle de la maire. Se servir de Vaulx pour sa carrière, sa promotion pour les élections internes du PS et devenir Première Secrétaire du Parti Socialiste après avoir été soutenue par En Marche.

A ne plus rien y comprendre, ou plutôt on comprend bien la manoeuvre.

La santé des vaudais est bien loin.

Christine BERTIN.

Une année 2019 encore ratée pour notre ville.

Lundi 28 décembre 2020.

Lors du conseil municipal du 11 décembre dernier, nous devions nous exprimer sur le bilan publicitaire de l'ex-équipe municipale. Une année perdue.

Vous trouverez ci-dessous le texte de notre intervention à ce sujet.

"Je souhaite tout d’abord entamer mon propos sur ce dossier en soulignant Madame Geoffroy, une fois de plus, le peu de cas que vous faites de la vraie information des vaudais. Pas l’info publicitaire, celle destinée à mettre en valeur on ne sait quoi. La vraie. Celle dont les vaudais ont besoin, au premier rang desquels les élus. Il faut en effet savoir que nous avons reçu l’ensemble des documents et en particulier ce rapport de 112 pages hier soir. N’est ce point scandaleux d’avoir le bilan 2019, non seulement la veille au soir mais aussi 345 jours après la fin de l’année 2019. N’auriez vous pas pu le faire plus tôt ? Une preuve de plus que vous n’avez vraiment pas la tête à Vaulx. Pour la petite anecdote quand nous avons lu l’ordre du jour nous pensions que vous alliez nous faire un bilan de 2020…..

Alors que contient ce document ?

A vrai dire a la fois beaucoup de choses et en même temps pas grand-chose. Beaucoup de choses que tout le monde connait et qui sont faites depuis toujours. Mais en nouveauté!?!? En action réellement portée par vous et votre équipe!?!?!

Un petit coup d’œil aux investissements de 2019 pour commencer. Et on voit bien le message que vous voulez passer. « Regardez tout ce que j’ai fait pour les écoles ». Mais en fait pas grand-chose :

  • Ecole Croizat c’est 61.000 euros d’une opération finie il y a 3 ans, une queue de programme que vous n’aviez même pas lancé (cela date de M Genin)
  • Ecole Carthailac provisoire en Algeco; c’est 72.000 euros là aussi une queue de programme d’une école en Algeco que vous avez lancé faute de mieux.. et c’est surtout des réparations pour malfaçons.
  • Ecole Beauverie c’est plus de deux millions. Enfin une vraie école lancée par vous et surtout ratée par vous (on se souvient des surcouts, des retards, de la mise en danger des ouvriers de par votre mauvaise gestion des affaires et de vos condamnations par la Justice).
  • L’école située sur l’ex Décharge Gimenez; mais là je n’en dirai pas plus, nous en avons assez parlé.
  • 22.000 euros d’équipement informatique; face aux 110 millions d'eurois de budget c’est vrai qu’il faut le mettre en avant !

A part les écoles pas grand-chose à part votre médiathèque, ou la maison de quartier, ou le centre social du Mas; on ne sait plus trop. Enfin votre chantier pharaonique à 20 millions d’euros.

Et pourtant il y aurait de quoi faire. Tout d’abord pour la démocratie locale. Vous annoncez 425.000 euros prévus et seulement 148.000 euros dépensés. Il faut dire que les conseils de quartier ont plus que du mal. A part justifier des indemnités de 1500 euros pour 4 adjoints dont les réalisations frisent le ZERO ABSOLU depuis 2 ans on ne voit pas trop. Pas de réunion. Lorsque quelques décisions furent prises elles ont été aussi secs annulées, reportés. On comprend bien que l’autonomie revendiquée de certains conseils de quartier ait pu vous énerver, mais là! Et enfin que dire de nos 4 adjoints qui depuis 6 mois sont payés à ne rien faire. C’est confortable mais c’est aussi de l’argent public purement gaspillé !

Le second volet de votre bilan raté, c’est bien les équipements sportifs.

  • Non seulement l’agrandissement du palais des sports, n’a pas été fait mais il n’est pas prévu. Et là c’est une vraie erreur qui bloque de nombreux clubs dans leurs perspectives d’évolution!
  • Non seulement vous n’avez pas voulu d’une équipement multi sport au village qui aurait pu enfin accueillir une salle de block pour l’escalade ET vous avez tout misé sur un pétanquodrome à 4 millions d'euros pour seulement la pétanque en nous racontant à peu près n’importe quoi à chaque réunion. Ce qu’il faut savoir c’est n’y a que 30 vaudais adhérents.
  • Mais le scandale c’est surtout la piscine. La rénovation a en effet  commencé en septembre 2019 s’est poursuivi un peu début 2020 et depuis 6 mois tout est arrêté. Plus de travaux. Tout a été remballé. Il reste quelques bungalows et un gardien. Il n’y a plus de sou. Et plus de piscine pour encore combien de temps de encore.

Il est bien beau de faire de la comm. pour votre campagne. Mais Mme Geoffroy, il faut peut-être aussi agir pour la ville. Agir Pour les vaudais en améliorant les équipements pour tous, pour la majorité.

Et ne pas tout sacrifier sur l’autel de la communication et des plaisirs entre amis de circonstance."

Pour l'équipe Agir Ensemble, Christine BERTIN.

L'écologie à la mode Geoffroy - Episode 1 : le parking de l'école Carthailac provisoire.

Mercredi 18 novembre 2020.

Les dossiers environnementaux ne sont pas une préoccupation de l'actuelle maire de Vaulx, Hélène Geoffroy. Ils ne le sont pas. Ils ne l'ont jamais été. Ils ne le seront jamais.

Il n'y a pas que ce sujet, d'ailleurs, qui ne l'intéresse pas. Le sport n'est pas non plus son dossier de prédilection.

Un des derniers éléments qui prouve sa totale ignorance des dossiers environnementaux touche l'aménagement urbain et plus particulièrement la création d'un parking au sud de la ville à coté de l'école en Algeco dite "Carthailac provisoire". Réalisé il y a plus d'un an en provisoire (sol en tout-venant) il vient d'être totalement goudronné à l'ancienne. Du bon vieux goudron issu du pétrole.

  

Au-delà de l'utilisation de ressources non renouvelables pour un parking qui sera supprimé dans quelques années, il pose aussi la question de l'artificialisation des terre. Un parking en tout venant ou en terre laissera l'eau s'écouler dans le sol alors qu'un parking en enrobé empêchera toute infiltration et conduira à une surcharge des réseaux d'eau pluviale locaux qui accroissent les risques d'inondation. Pas non plus d'arbres ni d'espaces verts; d'ailleurs ils auraient beaucoup de mal à pousser vu la qualité du sol pollué en cet endroit.

Ce parking pose aussi la question de l'utilisation des finances de la ville et au-delà de celles de la Métropole. Utiliser des dizaines de milliers d'euros pour mettre de l'enrobé sur un parking provisoire déjà existant en pleine crise du Covid, cela laisse songeur sur les priorités en matière d'investissements de notre maire qui ensuite ira pleurer sur les plateaux télé qu'elle n'a pas d'argent pour les vaudais dans la misère. Là il y en avait! Ils sont perdus.

Christine BERTIN.

L'APVV fait reculer la maire, qui était une nouvelle fois hors la loi!

Samedi 12 décembre 2020.

Vous trouverez ci-dessous l'intervention que nous avons fait lors du conseil municipal d'hier soir. Nous sommes heureux d'avoir permis par notre action auprès du Préfet (voir courrier ci-dessous) à faire reculer la maire de Vaulx qui une fois de plus était dans l'illégalité.

"Nous découvrons sans surprise que vous êtes revenu sur l’avance à la société RUIZ pour le gros œuvre de la piscine.  Nous rappelons, à ceux qui nous suivent, que le 10 juillet dernier, nous avons soulevé qu’il était surprenant de verser 60% d’une avance de marché, sur 573K€… quand même, alors que les travaux n’avaient pas commencé. Alors en effet, c’est possible de faire une telle avance si, selon l’ordonnance du gouvernement du 25 Mars 2020, cela permet de ralentir la propagation du virus du Covid. Or, la société RUIZ n’a toujours pas commencé.

Alors, vos menaces, « mes insinuations », comme vous nous l’avez dit et répété de façon menaçante, avaient une raison d’être. Parce que vous ne pouviez pas utiliser cette ordonnance puisqu’ils ne commençaient pas ! Alors nous avons écrit au préfet, et la conséquence est là : vous avez reculé et nous sommes revenus à une avance de 20%, ce qui est usuel ! Ce qui nous chagrine, à nouveau, c’est que vous, comme d’habitude, vous ne respectez pas les lois. Une fois de plus ! Après vos 9 condamnations par diverses juridictions, une fois de plus, vous êtes hors la loi et délibérément ! Et pourtant, la loi est pour tous, même pour vous ! La preuve.

Et il n’y a pas que cela qui nous chagrine. Il y a surtout que le chantier de la piscine n’a pas commencé. Vous avez tout rasé, désamianté, puis tout est resté dans cet état. Et cela depuis maintenant un an. On paie une société qui fait du gardiennage… qui coute… et vous n’avez pas démarré les travaux. Les travaux de rénovation de l’entrée de votre maison, l’Hôtel de ville, eux, se sont fait ! Un chantier utile pour les vaudais ? Ils jugeront si le plus important pour eux est le rez-de-chaussée de votre bureau ou leur piscine ! Et il y a aussi le pétanquodrome qui est lancé, avec la commande de la maitrise d’œuvre. Mais la piscine vous vous en moquez.  Et pourtant, elle ne touche pas une trentaine de gamins. Elle touche tous les gamins de Vaulx. Mais elle n’est pas prioritaire pour vous et vos amis. D’ailleurs, vous avez refusé, dès le budget 2019, de l’identifier en opération d’équipement, préférant la noyer dans la masse si j’ose le dire ! Mais nous comprenons pourquoi maintenant, car cette piscine, dans la 1ere délibération du 6 juin 2018, devait être livrée et opérationnelle en septembre 2020.  Une honte. Une honte. Encore un équipement sportif important que vous avez négligé, le sport n’étant pas prioritaire pour vous, mais une belle ou moche entrée de ville, pour votre ego, c’est mieux. Eh bien non, c’est inapproprié.

Nous allons finir sur la question que nous avons posée le 10 juillet dernier : c’est l’état des finances de la ville. Outre vos priorités personnelles, c’est surtout que vous n’êtes pas en capacité de payer les fournisseurs. C’est pour cela que peu d’entreprises répondent sur Vaulx, et lorsqu’elles répondent elles sont toujours 20 à 30% au-dessus du prix établi par les maîtres d’œuvre. Nous vous avons demandé un état des paiements des 4 plus gros chantiers de la ville : l’école CARTHAILAC bungalow, la médiathèque, votre Hôtel de ville et l’école sur l’ex-décharge GIMENEZ. Bien évidemment nous ne les avons pas eus. Pourtant, lors du conseil municipal, vous vous y étiez engagé. Sommes-nous solvables ? J’en doute.

Dans l’attente enfin de ces éléments, nous ne vous félicitons pas pour cette mauvaise gestion mais nous nous félicitons de vous avoir fait reculer quand vous étiez une fois de plus dans l’illégalité."

CQFD!

Sacha FORCA pour le Groupe AEPVV

C'était il y a 102 ans.

Mercredi 11 novembre 2020.

Il y a 102 ans, ce 11 Novembre 1918 à 11h00 sonnait le cessez le feu sur les champs de bataille suite à l’Armistice signé dans le célèbre wagon de la clairière de Rethondes.

Ce conflit fera 18 millions de morts dont la moitié seront des civils sur l’ensemble des pays et on dénombre une perte de 1,7 millions de français dont 300.000 civils et des kilomètres de terres ravagées où il sera impossible de revenir.

Ce conflit changera la face du monde et le fera entrer dans une nouvelle ère, l’ère des conflits mondiaux, conflits laissant des séquelles irréparables des années après. Séquelles psychiques, physiques et économiques.

Mais aujourd’hui, nous aimerions avec ce 102ème  anniversaire parler de la force du devoir de Mémoire et de la volonté de préserver la mémoire de ces millions de morts, tombés sur nos terres. Nos terres agricoles gorgées du sang de nos concitoyens du monde.

Le Devoir de Mémoire, même si ce terme de Devoir ne devrait pas être employé, car si ce souvenir devient un devoir, cela signifie que c’est que l’on oublie trop facilement nos erreurs du passé. Ce souvenir doit passer par la connaissance de ce conflit, de ses raisons et de ses erreurs.

Aujourd’hui, les témoins se sont endormis pour toujours laissant le témoignage aux livres d’Histoire. Aujourd’hui, l’Histoire se transmet par les blockbusters édulcorés de contre-vérités historiques. Mais alors comment aujourd’hui transmettre cette cicatrice aux générations qui n’ont pas connues la guerre ? Comment l’expliquer sans désintéresser les descendants de ces poilus qui ont été nos grands-pères, arrière-grands-pères ou simple nom gravé sur une pierre tombale au cimetière à la Toussaint et dont on ne connait pas ou plus l’histoire? Car chacun d’entre nous a eu un homme dans sa famille qui a fait la Der des Der, a eu une femme qui a travaillé lors de cette Der des Der à l’effort de guerre poussant charrues de bœufs, ouvrière dans une usine à la place du mari ou Marraine de Guerre.

Quoi de plus instructif que se rendre sur les lieux de mémoire pour appréhender cette période, se saisir de l’impact du conflit par ses propres yeux et émotions. Se rendre à Douaumont et pénétrer dans la bataille de Verdun remplace tous les discours.

Etre face à la nécropole et se présenter devant l’immensité de la mort et ses 16 142 croix alignées et son imposant ossuaire.

Etre au Fort de Douaumont et être glacé par la vision de la brutalité des combats.

Etre dans une tranchée reconstituée de Chattancourt et s’imprégner dans la vie quotidienne des poilus.

Prendre la Voie Sacrée et s'imaginer poilu sur la route que tant d'hommes jeunes ont pris pour se rendre sur le champ de bataille de Verdun.

Tout cela remplace bien des discours et mettent du poids à la signification du terme « ne pas oublier et éviter que cela ne se reproduise».

La mémoire passe aussi par là. Aujourd’hui, on utilise le terme « tourisme de mémoire » même si le terme tourisme n’est pas des plus adapté,  il est nécessaire. Il est nécessaire pour notre jeunesse qui a besoin de voir pour comprendre, s’imprégner du lieu.

Nous invitons chacun et chacune à aller sur les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale ou sur la tombe du soldat inconnu (inhumé il y a 100 ans jour pour jour), sur le Pont du Gard pour comprendre le génie romain, au Mont St Michel pour comprendre la spiritualité au Moyen-Age, à la Basilique St Denis pour voir les tombeaux des rois de France, à visiter les Chateaux de la Loire pour s’émerveiller devant l’architecture de la Renaissance, à s’inviter chez le Roi Soleil pour admirer la puissance royale mais aussi à aller sur les plages du débarquement, à Vassieux en Vercors, Oradour sur Glane ou Izieu pour comprendre l’horreur d’une guerre et la folie de la haine. Se souvenir, c’est aussi se rendre sur les lieux où l’Histoire s’est faite de manière glorieuse mais aussi honteuse, sanglantes mais constructrices pour être des citoyens

Christine BERTIN (pour les photos il y 15 jours) et Romain PETIT (pour le texte).

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Archives municipales 2014

Lien Facebook