La métropole : un grand projet porteur d'avenir.

Lors du Conseil Municipal du 5 novembre 2015, les élus ont été amenés à se positionner sur le projet de Pacte de Cohérence Métropolitaine 2015/2020.

Comme le rappelle le document présenté l’idée de regroupement est très ancienne. C’est dès 1929 et non 1960, que l’idée de se regrouper est apparue sur Lyon. Et comme usuellement, c’est pour gérer une utilité, l’eau, que le premier syndicat local et intercommunal est apparu sous le nom de SIEB (Syndicat des Eaux de la Banlieue de Lyon) ; il était porté à l’époque par Edouard Herriot, maire de Lyon. Puis ce fut le SIVMAL (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple de l’Agglomération Lyonnaise) sous la mandature de Louis Pradel dans les années 60 et enfin la COURLY (Communauté urbaine de Lyon) le 1/1/1969 toujours sous le même Louis Pradel.

Aujourd’hui c’est sous le patronage de deux figures politiciennes locales (Messieurs Collomb et Mercier) que la COURLY devenue Grand Lyon va devenir Métropole. Ses champs de compétences  ont évolué ; nous sommes passés de la seule Eau, à l’économie et son développement, la gestion de l’espace communautaire, la gestion de l’habitat social, la politique de la Ville, les services d’intérêt collectif, l’environnement et le cadre de vie. Et ils vont évoluer encore.

Après les rappels historiques de rigueur, plusieurs valeurs sont réaffirmées :

  • L’égalité,
  • L’équité,
  • La solidarité,
  • La responsabilité dans l’usage des deniers,
  • L’innovation,
  • La bienveillance,
  • La confiance.

Nul ne doute que la réaffirmation de ces valeurs est importante surtout quand on relit l’histoire récente émaillée de coup de canif dans ses principes d’équité et de bonne gestion en particulier pour ce qui concerne le Grand Stade, les tronçons Ouest du périphérique et de la Rocade, ou encore le Plan d’Exposition au Bruit (PEB) de l’aéroport de Bron. Mais le sujet n’est pas là !

Des principes d’actions fédératrices sont aussi réaffirmés :

  • L’association des communes,
  • La transversalité,
  • La subsidiarité,
  • La participation citoyenne,
  • L’expérimentation,
  • La coopération,
  • L’engagement et la contractualisation,
  • Le dialogue permanent communes – métropole,

Chacun sait que la participation citoyenne est, pour « Agir Pour Vaulx-en-Velin », notre cheval de bataille. La métropole, si elle le souhaite doit pouvoir réussir et se baser sur les citoyens, leurs actions et leurs idées pour y arriver. Monsieur Moine de l’UMP s’inquiète dans quelques écrits récents du fonctionnement des conseils de quartier et de la modeste participation citoyenne aux diverses réunions prévues. Il a raison et rien n’est simple surtout dans certains quartiers. Mais donner la parole aux habitants n’est pas facile du tout quand les habitants en ont été privés durant 85 ans. Et chacun doit apprendre à écouter et à se rappeler que les uns et les autres, de l’élu sans délégation au Président de la métropole, ne sont là que parce que de simples citoyens les ont élus pour les représenter ; ils sont en quelque sorte de « supers porte-parole » d’’habitants et non de parti politique. Tout cela pour réaffirmer que le cœur de tout, réside dans la participation citoyenne des habitants.

Le projet de pacte métropolitain présente aussi trois instances complexes (pourrait-on dire des « machins » selon le célèbre mot du Général de Gaulle ?) : le conseil de la métropole, la conférence métropolitaine, la conférence territoriale des maires. Chacun sait que la réussite du projet ne se fera que si les bonnes volontés des uns et des autres sont présentes, et non grâce à de supers organismes…

Et finalement pourquoi une telle nouvelle organisation ? Une première explication apparait en page 19 du projet « les modes renouvelés de collaboration entre collectivités doivent permettre de faire baisser la dépense publique globale ». L’économie, voilà une des raisons de la mise en place de cette métropole. L’information est essentielle car jamais, la création d’une collectivité locale ou un syndicat n’a apporté le moindre euro d’économie. La rupture avec le passé est totale. La COURLY comme le Grand Lyon étaient des spécialistes de l’augmentation de la dépense publique alors que les communes voyaient elles aussi leurs dépenses augmenter. Malheureusement il n’est pas indiqué ce qui se passera si les économies ne sont pas au rendez-vous. ? Reviendra-t-on en arrière ? Changerons-nous de périmètre ? Rien là-dessus. Et quid du suivi des économies ? Rien, là non plus ! Mais nous y reviendrons plus tard.

La seconde raison de la mise en place de la métropole, est concomitante à la première : c’est « l’évolution des compétences ». 21 domaines sont suggérés par le projet. Ils permettront des gains d’efficacité, des améliorations dans la qualité du service. Vaulx-en-Velin doit absolument être volontaire et se positionner très rapidement pour avancer sur certains d’entre eux tels :

  • La gestion de la garantie d’emprunt des bailleurs sociaux,
  • L’accompagnement dans la maitrise du développement urbain ainsi que dans la mise en place de la politique de la Ville,
  • L’ensemble des questions relatives à la politique de nettoiement, de collecte et de gestion des espaces publics (cela évitera les doublons et limites de prestations),
  • L’ensemble des coopérations en matière de culture et de sport.

A ce niveau il faut regretter que les concepteurs du projet n’aient pas imaginé la synergie des TIC (Techniques de l’Information de la Communication) des différentes collectivités. Il serait en effet utile d’avoir un seul organisme qui gère aujourd’hui l’ensemble des logiciels, des serveurs, des messageries, etc… de toutes les collectivités locales et mette enfin un coup d’arrêt aux multiples organismes et syndicats qui ne servent trop souvent qu’à alimenter en indemnités quelques élus « dans le besoin » (le cas du SITIV est, à cet égard, symptomatique).  

Il faut s’étonner de ce second oubli et cela nous amène finalement à faire quelques propositions, au nom d’APVV, suite à la sollicitation du Président de la Métropole nouvelle :

  • La première est de mettre en place une organisation chargée de gérer les TIC dans les différentes collectivités locales ; une seule organisation permettra de s’assurer que l’ensemble des agents de toutes les collectivités de la Métropole travaillent sur les mêmes outils, ont la même information, et travaillent donc bien tous ensemble; le souci de la confidentialité sera à assurer bien évidemment.
  • La seconde est la mise en place d’un outil de pilotage et de suivi des économies promises. Cet outil devra être simple et reprendre l’ensemble des frais et investissements des communes, syndicats et de la métropole pour valider la proclamée « baisse de la dépense publique globale ». Il devra définir des objectifs et suivre leur atteinte.
  • Enfin un mode de retrait de l’organisation « Métropole » est à réfléchir et à inscrire si après coup l’ensemble des acteurs constatent que les objectifs définis à la mise en place de la métropole ne sont pas atteints.

L’ensemble du projet est un beau challenge qu’il nous appartient à tous, citoyens, élus, acteurs économiques et associatifs, jeunes comme plus anciens, de réussir chacun à notre place. Gardons à l’esprit l’objectif de meilleur service possible aux habitants au meilleur coût possible.

Stéphane BERTIN

Adjoint des quartiers Village - Grappinière et Petit Pont

Président du Groupe des Elus Agir Pour Vaulx-en-Velin

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Archives municipales 2014

Lien Facebook