Le 28 juin: un choix entre la poursuite de la défaite et la volonte d'améliorer le quotidien.

Jeudi 18 juin 2020.

J'écrivais plus tôt dans la journée, qu'il y a 80 ans, le Général de Gaulle lançait depuis Londres un appel à la Résistance des Français. Il appelait au courage de chacun dans une période difficile.

Ce courage caractérisait à l'époque une partie des hommes publics, les non-capitulards, ceux qui voulaient avancer et qui en reculaient devant rien, ceux qui étaient courageux face à l'ennemi, partisan de la République et de la France.

Si ces hommes là revenait et voyaient leurs successeurs, s'ils voyaient ce que nos banlieues sont devenues, s'ils voyaient les arguments pour ne rien faire ("c'est difficile", "c'est pareil ailleurs", "il faut donner du temps au temps"), ils mourraient de honte, ils se retourneraient dans leur tombe.

Et pourtant la situation de notre ville, c'est bien celle-là (comme la Balme ce matin ci-dessous en photo). Des territoires abandonnés où la police ne va plus, où la police préconise aux habitants de déménager.

  

Pourtant Dieu que notre ville serait belle si nous avions des autorités (élus comme administration) décidés à faire leur mission, à assurer à la population la tranquillité publique, la propreté, le bien-être.

Ce sera aussi un des enjeux du vote du 28 juin prochain. Choisir une équipe sortante défaitiste ou une équipe qui veut avancer pour améliorer le quotidien des vaudais, celle d'Agir Ensemble Pour Vaulx-en-Velin.

Stéphane BERTIN.

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Archives municipales 2014

Lien Facebook