Un parking dans l'enceinte du stade Aubert contre vents et marées.

Jeudi 28 février 2019.

La semaine dernière avait lieu la présentation officielle du projet de parking dans l'enceinte du stade Aubert.

Ce sont 4 élus qui avaient fait le déplacement avec 3 personnes des services de la ville pour présenter le projet à 4 membres du conseil de quartier (qui connaissaient déjà ce dossier, mais nous y reviendrons plus tard) et à 4 habitants. Plus d'officiels que d'habitants. On ne peut pas dire que ce dossier déclenche l'engouement des foules.

De quoi s'agit il? C'est la création de 46 places de stationnement dont deux places handicapés à l'intérieur du périmètre du stade Aubert.

Et les discussions ont été vives. A cela plusieurs raisons.

La première d'entre elles, est l'origine de ce projet. En effet il semble que personne n'ait sollicité un tel aménagement. Et qu'il soit tombé du ciel tout seul un matin de janvier 2019. Tout coïncidence avec le besoin de montrer des actions de terrain pour la vie quotidienne des vaudais à 1 an des élections ne serait, comme au Mas du Taureau (lire ICI notre article d'hier). Publicité et communication, quand tu nous tiens.

Ce qui a aussi pas mal énervé les présents et surtout les membres du conseil de quartier c'est le non respect de l'avis de ce même conseil de quartier. En effet, réuni quelques semaines plus tôt, le conseil de quartier, auquel le projet a été présenté, avait émis un avis négatif et cela pour plusieurs motifs:

* Aucune étude préalable ni réflexion en amont n'a été mené; le projet est apparu un jour, tout ficelé sans motif,

* Le conseil de quartier a demandé qu'avant de dépenser 100.000 euros (le montant estimé des travaux), il serait utile de flécher l'actuel parking fait il y a 5-6 ans entre la mairie annexe et l'école Croizat. Ce parking est souvent vide, en particulier les soirs de matchs, et il serait bon de mettre 3 panneaux à proximité de l'entrée officielle du stade pour indiquer son existence. Après étude des effets de ce panneautage sur le stationnement sauvage il sera alors grand temps de dépenser 100.000 euros.

* Aucune autre solution de places de parking n'a été étudié.

* Les conditions d'ouverture de ce parking ne sont pas claires.

Mais il semble qu'en dépit de cet avis négatif, la ville ait déjà décidé de faire, coûte que coûte, ce parking quitte à refaire voter le conseil de quartier pour avoir un vote positif (sic!). Il est vrai que l'engagement de madame la maire de suivre l'avis du conseil de quartier sera difficile à respecter si elle veut quand même faire!

D'autres questions n'ont pas encore trouvé de réponse:

* L'incongruité de créer près de 50 places de stationnement et en même temps chercher à promouvoir les modes doux et l'abandon de la voiture. Quand on surcommunique sur la préservation de l'environnement, on risque le retour de bâton!

* La fin de l'espace libre à l'entrée du site qui permet de respirer un peu dans ce quartier en plein bétonnage et de faire des animations de temps en temps.

* Quid de la responsabilité de la ville en cas d'accident. Cette question empêche aujourd'hui l'ouverture du parking du gymnase Rousseau. Comment cela sera-t-il possible d'ouvrir au Sud et de fermer au Nord?

C'est donc un projet mal monté, mal prévu, mal engagé et sans vraie justification qui va être couter 100.000 euros. Une vraie soif de concret à 12 mois des élections. Là encore les vaudais jugeront.

Stéphane BERTIN.

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Agenda des évènements

Archives municipales 2014

Lien Facebook