Le coronavirus : 8 semaines de confinement et beaucoup de questions.

Mercredi 13 mai 2020.

Le confinement du fait du Covid-19 entre dans sa huitième semaine qui semaine sera, si tout se passe bien, la dernière avant un déconfinement progressif.

Ce déconfinement permettra alors aux enfants de retourner à l’école, aux commerces (hors bars, restaurants, lieux culturels) d’accueillir de nouveau, des clients, aux parcs, jardins et cimetières de rouvrir, aux administrations de fonctionner à plein. La vie va donc redevenir un peu plus normale.

Mais pour atteindre la fin du confinement, il nous faut absolument poursuivre les efforts jusqu’au bout. Cela signifie que chacun doit rester chez soi. Les vaudais l’ont bien compris, dans leur grande majorité. Malheureusement quelques-uns mettent en péril la réussite du processus ; par leurs comportements, ils se mettent en danger, eux, leurs familles, et leurs amis. Nous avons tous, élus, le devoir de les contraindre à respecter ces règles pour le bien de tous.

Notre vie dans les mois prochains ne sera malheureusement plus comme avant. Les fameux gestes barrières resteront la règle de notre vie sociale encore longtemps, les masques vont devenir comme une partie obligatoire de notre habillement quotidien, le gel hydroalcoolique sera aussi un outil de notre vie en société. Nous allons devoir nous y faire, adopter un nouveau mode de vie pour notre santé et celle des autres (en favorisant l’usage des vélos par exemple).

Deux notes d’espoir pour finir. Tout d’abord, nous sommes heureux que toute notre équipe d’Agir Pour Vaulx-en-Velin qui a été durement touchée par cette épidémie avec plus de 17 malades dont 5 hospitalisés, soit enfin sur pied. Le dernier de nos malades est sorti de réanimation et nous l’espérons vite et en forme chez lui. Ensuite, de nombreux vaudais, comme ils savent le faire, ont fait preuve de beaucoup de solidarité les uns envers les autres. Nous sommes, pour notre part, intervenus auprès de la maison de retraite Les Althéas et le centre Médipôle et l’Hôpital Edouard Herriot pour leur apporter du réconfort via la distribution de nourriture, dessins, cadeaux, fleurs à plusieurs reprises, collectés par notre équipe à laquelle de nombreux vaudais se sont associés. La solidarité n’est pas un vain mot pour nous ; nous sommes fiers de ces actions solidaires et fraternelles que nous renouvellerons très bientôt.

Christine BERTIN, Marie-Emmanuelle SYRE, Stéphane BERTIN.

(Texte de la chronique de Vaulx Le Journal du 6 mai 2020).