"Actu Vaulx" : les caisses de la municipalité sont vides.

Mercredi 5 janvier 2020.

Le dernier conseil municipal a été l’occasion de débattre des orientations budgétaires pour les prochaines années. La situation est très difficile et cela pour plusieurs raisons.

Financièrement, la dette a explosé passant de 60 millions € en 2015 à 79 millions € en 2021 soit +30%. Le futur est donc hypothéqué. Quant aux baisses d’impôts prévues pour 2018-2019-2020, l’engagement n’est pas tenu. Les vaudais n’y croient plus. Ils payent chaque année davantage.

Du côté des équipements, l’école de la décharge Gimenez est toujours sur un terrain pollué et elle n’ouvrira pas non plus en septembre 2020. L’école du village, elle n’est même pas budgétée. Par contre, la majorité actuelle a parié sur une médiathèque dont le budget a déjà été augmenté de près de 2 millions €, un pétanquodrome à 3 millions € pour 30 vaudais, et un équipement ville campus de 8 millions € pour on ne sait qui.

Socialement, l’absentéisme des agents (39.000 jours d’arrêt en 2019) n’est que le résultat d’un management despotique par une équipe municipale dépassée. Mais le social c’est aussi le bien vivre en ville et là, le quotidien s’est dégradé. Les incivilités vont croissantes. La ville est toujours sale. Des écoles sont souvent confinées. Aucun quartier n’est épargné par les trafics.

Enfin, les orientations pour le futur nous font passer à côté de l’essentiel : l’évolution du climat et les conditions d’un développement durable pour la ville. Chaque été est plus chaud que le précédent et l’équipe PS agrandit le rez de chaussée de l’hôtel de ville en ajoutant 100.000 € de budget pour y installer une nouvelle clim et un nouveau chauffage. On construit une nouvelle école soi-disant à énergie positive et au final tout le monde se plaint qu’il y fasse beaucoup trop chaud ou beaucoup trop froid. Le bilan pourrait se résumer à une école très chère aux multiples malfaçons et pas écologique. Les citoyens voient l’urgence, les politiciens au pouvoir font l’autruche.

Que nous a proposé la maire PS sortante absente 3,5 années sur 6 ? Comme d’habitude : de bétonner, d’augmenter les impôts, de travailler pour l’élection suivante, de ne pas tenir ses promesses. En somme de la vieille politique politicienne.

Christine BERTIN, Marie-Emmanuelle SYRE, Stéphane BERTIN.

(Texte de la chronique de Vaulx Le Journal du 5 février 2020).