Une Bonne Année 2022.

Lundi 3 janvier 2022.

En ce début d’année 2022, nous vous présentons au nom de tout notre groupe Agir Ensemble pour Vaulx-en-Velin nos meilleurs vœux pour cette année 2022, que nous souhaitons être une année de joies, de bonheur et de réussites pour chacun d’entre vous.

Ce début d’année est aussi l’occasion d’espérer un avenir radieux pour notre ville.

Un avenir amélioré en matière de sécurité. Il nous faut continuer d’espérer d’avoir autre chose que des trompe-l’œil comme poste de police, d’avoir de vraies forces de l’ordre actives pour le quotidien des vaudais afin de réduire les trafics, les incivilités, l’insécurité routière.

Un avenir meilleur en matière qu’équipements publics. Les vaudais ont besoin d’une piscine, de stades efficients, de vestiaires propres, d’un palais des sports rénové et agrandi. De nombreux chantiers et beaucoup de projets sont possibles pour notre ville. C’est un espoir que nous portons et que nous défendons avec énergie pour le bien de tous les vaudais.

Un avenir de bonne gestion rigoureuse et équitable. Notre ville dépense chaque année plus de 100 millions. Cet argent doit améliorer le quotidien de tous les vaudais dans les domaines de la culture, des espaces verts, des écoles,… C’est urgent.

Enfin nous espérons que l’année 2022 verra la fin de l’épidémie de Covid-19. Nous sommes tous acteurs de cette fin. Acteurs par le respect des gestes barrières. Acteurs par la vaccination. Pensez-y. L’année 2022 peut être sanitairement radieuse si chacun d’entre nous le veut.

Meilleurs Vœux à tous pour 2022.

Christine Bertin

(Chronique du Journal Municipal de la Ville de Vaulx-en-Velin du 5 janvier 2022).

Quand la municipalité continue de mépriser le handicap malgré de belles paroles.

Vendredi 10 décembre 2021.

Jusqu’où ira le mépris pour les conseillers municipaux de l'opposition ?

A son habitude la maire a convoqué, en ce début de décembre 2021, le conseil municipal dans les délais légaux les plus courts possibles à la fois aux commissions préparatoires, et au conseil municipal qui suit. Ainsi, nous avons reçu une convocation lundi 6 décembre dernier, apprenant que le conseil municipal aurait lieu le 16 décembre, avec convocation aux commissions le jeudi 19 décembre.

Pourtant, nous avions alerté par la voix de Christine Bertin, la maire lors du précédent conseil municipal, sur l’état de santé de Mme Watrelot qui ne peut plus se déplacer le temps de sa grossesse compliquée, demandant à ce qu’un aménagement soit fait en visioconférence comme cela a pu être fait des mois durant depuis le début de la crise du Covid. La semaine dernière, c’est M Forca qui a subi une intervention chirurgicale l’empêchant de se déplacer.  Dès réception des courriers, Mme Bertin a sollicité la Maire Hélène Geoffroy pour demander à ce que les commissions et le conseil municipal se déroulent en visioconférence. Elle arguait en outre de la recrudescence de la crise sanitaire symbolisé par le déclenchement du plan Blanc des Hospices civils de Lyon.

Mais ni la maire ni son cabinet ni aucun des élus de la majorité n’ont fait la moindre réponse. Les commissions se dérouleront comme prévu en mairie. Et le conseil municipal semble lui aussi parti pour se dérouler sans aménagement symbole s’il en est d’une politique municipale de la communication sans action concrète sur le handicap comme sur le reste.

M. Forca ne pouvant conduire, nous demandons à ce que chauffeur de la maire, normalement dédié à tous mais souvent privatisé à la seule maire, puisse le véhiculer et qu’une chaise avec système de réhausse de sa jambe soit disponible pour le conseil municipal. Quant à Madame Watrelot, le dédain dont la maire fait preuve envers une femme enceinte est incroyable et nous redemandons à ce que la possibilité d’une participation à distance soit mise en place.

Jusqu’où ira le mépris pour le handicap symbolisé aujourd’hui par la situation temporaire de notre groupe d’opposition! la parole est belle, mais les actes sont toujours absents.

Christine BERTIN, Audrey WATRELOT, Sacha FORCA.

(Texte du communiqué de presse transmis ce jour à la PQR).

1 milliard d'euros envolés !

Vendredi 3 décembre 2021

En bientôt 9 ans, c’est près d’un milliard d’euros que la majorité municipale aura dépensé sans aucune amélioration de la vie des vaudais. Pire même, c’est, aux dires de tous, une ville où il fait moins bon vivre alors que l’argent coulait à flot !

Une ville fonctionne avec un budget qui se compose d’une partie fonctionnement (autour de 70 % pour 2021), le reste en investissements (les 30% restants). Chacune de ces parties a des recettes et des dépenses.

Les dépenses de fonctionnement comprennent majoritairement les salaires des agents municipaux (1.200 personnes), des frais pour l’entretien des bâtiments... Cette somme est très élevée à Vaulx-en-Velin, non pas que l’entretien de nos gymnases ou de nos écoles soit exceptionnel (chacun peut le constater), mais plutôt par les charges de personnel (50 millions d’euros) qui n’empêchent pas le mal-être de nombreux agents trop souvent précaires, leur dernière grève en est la preuve. Les dépenses sont mal gérées, pas rationnalisées, trop souvent clientélistes et opaques pour nos concitoyens.

Pour ce qui est des investissements, les vaudais voient bien qu’en dépit de 300 millions d’euros dépensés sur ces 9 années, presque rien ne change et encore ce qui change vient souvent d’investissements qui sont faits par la métropole (transports en commun, routes, places, parcs,…). Ainsi les derniers aménagements très visibles comme le cœur du village, l’esplanade Tase, les voies cyclables ont été faits par la métropole.

Où sont donc les 300 millions ? Dans deux écoles nouvelles dont l’une construite sur une décharge, dans une médiathèque en construction depuis 3 ans. Coté sport, 30 Vaudais auront un pétanquodrome de 4 millions, pendant que nous attendons une piscine fermée depuis 2,5 ans pour rénovation, chantier abandonné pendant 2 ans au profit d’un agrandissement de la mairie, et dont la réouverture est encore décalée à au moins fin 2022. Pas d’autre gymnase à l’horizon. Rien de neuf pour les anciens. Rien de prévu non plus pour les jeunes.

Notre ville qui a maintenant 50 000 habitants a besoin d’équipements et de perspective. Nous avons porté ce projet. Nous continuons à le faire.

Christine BERTIN.

(Chronique du Journal Municipal de la Ville de Vaulx-en-Velin du 1 décembre 2021).

La ville de Vaulx-en-Velin s’enfonce dans l’insécurité et l’anarchie sous l’œil bienveillant des autorités.

Vendredi 5 novembre 2021

Notre communiqué de presse de ce jour.

"Des trafics de drogue et points de deal banalisés et tolérés, des rodéos et incivilités routières régulières et non réprimées, des attaques récurrentes contre les transports en commun, ce n’était rien ! Dimanche dernier, l’insécurité vaudaise a atteint son paroxysme avec la tentative d’incendie d’un bus chargé de passagers dans le quartier du Mas du Taureau.

Au-delà de l’acte d’incendie volontaire et de la mise en danger des usagers, ce dernier fait est révélateur de la déliquescence des pouvoirs publics dans notre ville.

Le pouvoir de police tout d’abord, qui n’est pas à la hauteur des enjeux de la ville, par manque de moyens (annoncés à grand renfort de communication et de publicité, ils restent absents), par manque de motivation et surtout par manque de volonté hiérarchique et politique.

Le pouvoir de justice ensuite, qui n’ose pas qualifier les faits tels qu’ils sont par complaisance et faiblesse ; une vraie mise en danger des usagers voire une tentative d’homicide est devenue une simple tentative de destruction de bien public. Autant dire rien ou presque.

Le pouvoir politique enfin, qui au lieu de réagir et de traiter les problèmes, continue à faire la politique de l’autruche. Notre maire, une fois de plus, nie ou reporte le problème sur les autres (Police Nationale, Bailleurs…). Elle embauche des policiers municipaux qui ne font que pédagogie et éducation. La tranquillité publique ne peut se limiter à cela. Cette bienveillance est improductive si elle ne s’accompagne pas de fermeté et la maire récolte aujourd’hui les conséquences de sa politique laxiste.

Face à l’incurie des pouvoirs officiels, le risque latent de rébellion des citoyens tentés de faire justice eux-mêmes est devenu réalité dimanche lorsque de simples citoyens ont été tout près d’un véritable lynchage de l’auteur des faits. C’est l’absence des autorités qui a créé cela. Le risque pour certains vaudais de se faire désormais justice eux-mêmes, est réel. Nos élus, notre police, notre justice, l’ensemble des pouvoirs publics doivent faire respecter la loi de la République, chaque jour plus bafouée, et que les Vaudais puissent juste profiter sereinement à nouveau des lieux publics. Ce n’est plus une nécessité mais une urgence, et une responsabilité de tous les pouvoirs publics, y compris les municipalités."

Christine BERTIN.

La ville de Vaulx-en-Velin maltraite autant ses agents municipaux que les parents d'élèves.

Samedi 20 novembre 2021

Maltraités par la municipalité socialiste dirigée par Hélène Geoffroy, les agents municipaux sont aujourd’hui en grève dans les cantines et les services périscolaires de la ville. Devant la mairie (voir photos ci-dessous), ils manifestent leur juste mécontentement pour moins de précarité et pour un traitement digne.

Nous dénonçons les conditions de cette grève car pour un mouvement d’arrêt de travail dont le préavis a été déposé il y a 10 jours, la municipalité n’a malheureusement réagi que très tardivement, ne prenant pas ce sujet très au sérieux. Et ainsi ce n’est qu’il y a 3 jours que les parents ont été informé par mail du blocage des écoles ce vendredi, les questionnant sur leurs besoins de garde pour les périodes du matin, du midi et du soir. Sans réponse 3 jours durant ce n’est qu’hier soir à 19h que les parents ont eu la très mauvaise surprise d’apprendre qu’aucune solution n’existait pour l’accueil du soir.

En totale illégalité, ne respectant pas les besoins d’organisation et d’information des parents, ne respectant pas la continuité du service public, la municipalité maltraite donc tout autant que les agents des écoles, les parents d’élèves.

Plutôt que de communiquer à longueur de conseil consultatif ou de se balader à travers la France à la quête d’un nouveau poste parisien, la maire de Vaulx-en-Velin, ferait mieux de faire ce pour quoi elle est élue et elle est payée : s’occuper de ses administrés et de ses agents.

Christine BERTIN et Romain PETIT.

(Texte du communiqué de presse transmis ce jour à la PQR).

La Zone à Faible Emission en concertation à la métropole.

Lundi 1° novembre 2021

Une fois n’est pas coutume, nous vous proposons ce mois de vous informer sur un sujet métropolitain qui va nous impacter de façon inimaginable : la Zone à Faible Emission (ZFE), celle qui donne un intérêt aujourd’hui à la mise en place des fameuses vignettes Crit’Air 0-1-2-3-4-5 sur nos véhicules automobiles, celle qui à terme interdira l’accès de la métropole à tous les véhicules à moteur thermiques.

Aujourd’hui, la ZFE concerne Lyon, Villeurbanne, Vénissieux et Caluire, et n’impacte que les véhicules utilitaires, ou, lors des épisodes de pic de pollution, seuls les voitures Crit’Air 4-5-6. Alors pourquoi nous revenir sur ce sujet maintenant ?

Parce que la Métropole de Lyon a voté en mars 2021 une accélération du processus pour supprimer d’ici 2026 toutes les voitures Diesel. Il est proposé par la majorité métropolitaine que dès juillet 2022, dans 8 mois, tous les véhicules de plus de 23 ans (et les Diesels de plus de 20 ans) ne puissent définitivement plus circuler dans cette zone avec à l’horizon 2026, l’interdiction donc de tous moteurs diesels.

Mais de nombreuses questions restent en suspens. La zone (Lyon, Villeurbanne, Vénissieux et Caluire) pourrait être élargie ? Financièrement, comment les vaudais vont-ils pouvoir se débarrasser de leurs véhicules thermiques et les remplacer par des véhicules neufs ? Quelles aides financières vont être mises en place ? Quelles dérogations seront mises en place et avec quels échéanciers ?

Autant de questions urgentes, autant de soucis à court terme pour les vaudais. Les transports en commun ne sont pas suffisamment pertinents. Ils proposent peu de liaisons péri-urbaines et des parcs relais saturés. Beaucoup de Vaudais utilisent leur voiture ne pouvant faire autrement. Se séparer de sa voiture ou sa camionnette pour un véhicule électrique est une question lourde et impactante pour le budget des familles et la façon de l’utiliser.

Nous nous associons aux groupes d’opposition de la métropole pour demander qu’un référendum soit organisé sur ce sujet, et surtout, qu’une meilleure communication soit faite pour tous les habitants, en particulier vers les Vaudais.

Christine BERTIN.

(Chronique du Journal Municipal de la Ville de Vaulx-en-Velin du 3 novembre 2021).

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Archives municipales 2014

Lien Facebook