C'était il y a 102 ans.

Mercredi 11 novembre 2020.

Il y a 102 ans, ce 11 Novembre 1918 à 11h00 sonnait le cessez le feu sur les champs de bataille suite à l’Armistice signé dans le célèbre wagon de la clairière de Rethondes.

Ce conflit fera 18 millions de morts dont la moitié seront des civils sur l’ensemble des pays et on dénombre une perte de 1,7 millions de français dont 300.000 civils et des kilomètres de terres ravagées où il sera impossible de revenir.

Ce conflit changera la face du monde et le fera entrer dans une nouvelle ère, l’ère des conflits mondiaux, conflits laissant des séquelles irréparables des années après. Séquelles psychiques, physiques et économiques.

Mais aujourd’hui, nous aimerions avec ce 102ème  anniversaire parler de la force du devoir de Mémoire et de la volonté de préserver la mémoire de ces millions de morts, tombés sur nos terres. Nos terres agricoles gorgées du sang de nos concitoyens du monde.

Le Devoir de Mémoire, même si ce terme de Devoir ne devrait pas être employé, car si ce souvenir devient un devoir, cela signifie que c’est que l’on oublie trop facilement nos erreurs du passé. Ce souvenir doit passer par la connaissance de ce conflit, de ses raisons et de ses erreurs.

Aujourd’hui, les témoins se sont endormis pour toujours laissant le témoignage aux livres d’Histoire. Aujourd’hui, l’Histoire se transmet par les blockbusters édulcorés de contre-vérités historiques. Mais alors comment aujourd’hui transmettre cette cicatrice aux générations qui n’ont pas connues la guerre ? Comment l’expliquer sans désintéresser les descendants de ces poilus qui ont été nos grands-pères, arrière-grands-pères ou simple nom gravé sur une pierre tombale au cimetière à la Toussaint et dont on ne connait pas ou plus l’histoire? Car chacun d’entre nous a eu un homme dans sa famille qui a fait la Der des Der, a eu une femme qui a travaillé lors de cette Der des Der à l’effort de guerre poussant charrues de bœufs, ouvrière dans une usine à la place du mari ou Marraine de Guerre.

Quoi de plus instructif que se rendre sur les lieux de mémoire pour appréhender cette période, se saisir de l’impact du conflit par ses propres yeux et émotions. Se rendre à Douaumont et pénétrer dans la bataille de Verdun remplace tous les discours.

Etre face à la nécropole et se présenter devant l’immensité de la mort et ses 16 142 croix alignées et son imposant ossuaire.

Etre au Fort de Douaumont et être glacé par la vision de la brutalité des combats.

Etre dans une tranchée reconstituée de Chattancourt et s’imprégner dans la vie quotidienne des poilus.

Prendre la Voie Sacrée et s'imaginer poilu sur la route que tant d'hommes jeunes ont pris pour se rendre sur le champ de bataille de Verdun.

Tout cela remplace bien des discours et mettent du poids à la signification du terme « ne pas oublier et éviter que cela ne se reproduise».

La mémoire passe aussi par là. Aujourd’hui, on utilise le terme « tourisme de mémoire » même si le terme tourisme n’est pas des plus adapté,  il est nécessaire. Il est nécessaire pour notre jeunesse qui a besoin de voir pour comprendre, s’imprégner du lieu.

Nous invitons chacun et chacune à aller sur les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale ou sur la tombe du soldat inconnu (inhumé il y a 100 ans jour pour jour), sur le Pont du Gard pour comprendre le génie romain, au Mont St Michel pour comprendre la spiritualité au Moyen-Age, à la Basilique St Denis pour voir les tombeaux des rois de France, à visiter les Chateaux de la Loire pour s’émerveiller devant l’architecture de la Renaissance, à s’inviter chez le Roi Soleil pour admirer la puissance royale mais aussi à aller sur les plages du débarquement, à Vassieux en Vercors, Oradour sur Glane ou Izieu pour comprendre l’horreur d’une guerre et la folie de la haine. Se souvenir, c’est aussi se rendre sur les lieux où l’Histoire s’est faite de manière glorieuse mais aussi honteuse, sanglantes mais constructrices pour être des citoyens

Christine BERTIN (pour les photos il y 15 jours) et Romain PETIT (pour le texte).

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Archives municipales 2014

Lien Facebook