#chicheondefendnoscommerçants

Samedi 7 novembre 2020.

Il n’aura échappé à personne qu’une pandémie sans précédent touche non seulement notre pays mais la planète entière.

Cette crise sans précédent nous a touché dans nos emplois, notre façon de vivre et en particulier notre façon de consommer.  En effet, en mars, seuls les commerces dits essentiels ont pu rester ouverts, et tous les commerçants de proximité sur notre ville de Vaulx-en-Velin ont bel et bien fermé ; Ceux ouverts, tels les pharmacies, les boulangeries, les magasins d'alimentation… ont dû investir fortement pour mettre en place des moyens d’accueil sécurisés sans aucune aide municipale. Les épiceries solidaires et les marchés ont fermé, à l’exception de la banque alimentaire, qui a centralisé dans des conditions difficiles une offre de denrées alimentaires essentielle, faute d’aide et d’encadrement municipal. Les habitants ont souffert de cette situation et n’ont pas toujours pu trouver de quoi s’alimenter à des prix adéquats et les commerçants et forains se sont trouvés en grande difficulté, renforçant la précarité existante sur notre ville. La réouverture deux mois après a été un soulagement et les commerces ont repris. Il fallait amortir les pertes des mois passés et retrouver une clientèle qui s’est aussi organisée parfois autrement. Bon gré, mal gré, le virus s’est replié et tout semblait cet été repartir avec une grande fragilité mais plus de marge de manœuvre.

Malheureusement, l’automne et le froid ont redonné de la vigueur au virus et ont ramené cette deuxième vague pourtant annoncée, mais d’une force bien plus élevée que prévue. Les hôpitaux sont à nouveau saturés, ramenant la crainte de ne pouvoir accueillir tout le monde. Ces éléments ont amené le Président de la République à remettre en place un confinement, mais partiel cette fois pour maintenir l’activité économique. Toutefois, cette règle n’a pas été appliquée aux commerces dits non essentiels, qui devaient fermer, les condamnant, pour la plupart, de façon certaine.

Face à cette situation, les maires de plusieurs communes de France, membres de l’AMF ont lancé un appel au gouvernement afin de préserver les activités des commerces de centre-ville et de proximité. Ils se sont lancés dans la bataille pour préserver l’économie de leur ville et le service à la population. Cet appel a été relayé par de nombreux élus du Rhône. Mais pas d’écho dans notre Commune. Pourtant, notre maire est membre du comité directeur de l’AMF. Coté élus, pas plus qu’en mars, point de prise de contact avec les acteurs de la vie économique locale. Une fois encore on laisse les acteurs de la vie économique seuls. Ils ne sont pas essentiels à la vie de notre ville, et donc pas au service d’une partie de ces habitants. Nous regrettons que notre premier édile ne veuille pas se mouiller, visant certainement encore une hypothétique nomination ? A moins que.... elle se moque complètement de ses habitants !

Mais un autre phénomène est apparu sur la ville, en dehors de la théorie, et se conforte au fur et à mesure que les semaines passent : celui de règne du chaos. Nous avons dénoncé à maintes reprises les incivilités, puis les rodéos, puis les masques non portés par de plus en plus de Vaudais. Et la conséquence directe concerne justement les commerces : qu’à cela ne tienne : la loi ne s’appliquant pas à Vaulx-en-Velin, presque tous les commerces sont ouverts au Mas, y compris le café. C’est plus mitigé au centre-ville. Et au village, bon nombre de commerces continuent, en s’orientant sur la fabrication à emporter, mais sans tenir compte de la moindre protection. Finalement, ceux qui suivent la loi seront doublement pénalisés et ceux qui ne la respectent pas sont des dangers ambulants, comme l'est d’ailleurs une des plus grosse activité économique de la ville, les dealers, qui eux continuent leur activité en toute impunité.

Et si Vaulx-en-Velin redevenait un territoire Français, où les lois de la République sont appliquées : que les gestes barrière soient appliqués, par respect pour nos soignants ! Que les commerces soient respectés, et donc défendus et aidés car ils sont un lien social essentiel et une nécessité économique pour beaucoup, et que la loi soit enfin appliquée sur la ville pour notre sécurité et notre santé à tous ! il en va du respect des Vaudais !

Marie-Emmanuelle SYRE.

Délibs métropole/Vaulx

menu contact

Archives municipales 2014

Lien Facebook